Effets d'un traitement ostéopathie sur les femmes souffrant de dyspareunie - Introduction


419 vues

Introduction

Qu'est-ce que la dyspareunie ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé sexuelle comme faisant partie intégrante de la santé, du bien-être et de la qualité de vie des personnes (1). L’activité sexuelle est une action de plaisir apportée par soi-même via la masturbation ou bien par un ou plusieurs partenaires via les rapports sexuels (2).Il existe des pathologies qui peuvent impacter celle-ci comme la dyspareunie.

La dyspareunie définit une activité sexuelle douloureuse, présente chez les femmes comme chez les hommes. Ces douleurs peuvent être présentes avant, pendant ou après un rapport. Elles sont parfois définies comme superficielles (douleur située à l’ouverture vaginale) ou profondes (douleur dans les parties les plus profondes du vagin ou le bas du bassin) mais aussi comme primaire (douleur apparaissant dès le premier rapport sexuel) ou secondaire (douleur ressentie plus tard au cours de la vie sexuelle) (3)(4).

La dyspareunie est considérée comme une dysfonction sexuelle. On la décrit aussi souvent comme une douleur pelvienne chronique(5)(6).

Fréquence de la dyspareunie

Les rapports sexuels douloureux sont un problème de santé féminin courant (5). D’après une revue de littérature de 2021 de Muhammad Tayyeb et Vikas Gupta, la dyspareunie peut toucher 10 à 28 % de la population au cours d’une vie (5). Elle affecte 15% des femmes en âge de procréer et est principalement causée par des adhérences tissulaires (20-40%) (7). En France, la fréquence de la dyspareunie est de 15,5 %.On parle d’une fréquence maximale pour les personnes entre 18-24 ans(8). On estime qu'entre 10 et 20 % des femmes évoquent des douleurs récurrentes ou bien persistantes pendant les rapports sexuels (9).

Causes et conséquences de la dyspareunie

On retrouve plusieurs étiologies pour la dyspareunie: structurelle, inflammatoire, infectieuse, traumatique, hormonale et psychologique. Il existe aussi des facteurs anatomiques influençant l’apparition de ces douleurs : le plancher pelvien est une combinaison de plusieurs muscles, ligaments, structures osseuses qui créent un diaphragme s’étendant entre les différents points osseux du bassin et pouvant causer des dysfonctions ostéo-myo-faciales (5)(10). Les restrictions myo-faciales et articulaires reproduisent la douleur dans les muscles du plancher pelvien qui peuvent causer des douleurs ainsi que des inflammations neurogènes de la paroi des organes environnants comme la vessie (11)(12).

La dyspareunie peut également entraîner des difficultés sexuelles, telles qu'un manque de désir et d’excitation : cela peut engendrer des problèmes de type relationnels dans la vie sexuelle des patients (5), en plus des facteurs psychosociaux, tels que la dépression, l’anxiété ou bien d’autres troubles psychologiques (13).

Cette pathologie peut aussi apparaitre en post-partum: elle se présente plus fréquemment après un traumatisme périnéal de l'accouchement (5). Ces traumatismes périnéaux, pendant et après l'accouchement, peuventengendrer des symptômes urinaires comme l’incontinence, des douleurs périnéales persistantes et un impact négatif sur l’activité sexuelle (14).

L’une des étiologies évoquées précédemment liée à ce trouble est l’adhérence, qui estun dépôt de tissus fibreux se formant en réponse naturelle à une lésion tissulaire après une infection, une inflammation, une intervention chirurgicale ou un traumatisme.

La localisation de ces adhérences déforme l'anatomie et peut entraîner une diminution de la mobilité et de sa fonction. Les sites les plus courants à la formation d’adhérences sont les organes pelviens et les intestins (11).

Diagnostic de la dyspareunie

Le diagnostic de la dyspareunie est avant tout clinique : il est généralement posé par un gynécologue grâce à une anamnèse et un examen gynécologique (8).

Traitement de la dyspareunie

De nombreux traitements pour les dyspareunies existent : les traitements hormonaux ou médicamenteux, la rééducation du plancher pelvien, la modification dans l’hygiène de vie, l’accompagnement psychologique avec un professionnel, mais aussi les traitements chirurgicaux utilisés en dernier recours. (15-17).

On démontre que les constituant musculosquelettiques du plancher pelvien jouent un rôle important dans la dyspareunie (5). La rééducation de ce plancher pelvien a montré des résultats engageants dans le traitement de cette pathologie (13).

L’étude de Tayyeb And All a montré que l'injection de toxine botulique s'est avérée efficace dans le traitement de la dyspareunie causée par la myalgie et la contracture du plancher pelvien (5).

Il existe aussi des thérapies manuelles comme le massage thérapeutique utilisant des techniques issues du tissus mou, des pratiques myo-faciales ou de mobilisations/manipulations abdomino-pelviennes qui seraient bénéfiques pour certaines dyspareunies, au niveau de l’évolution de la douleur mais aussi du désir et d’autres thèmes liés à la vie sexuelle des patients (11).

Une autre étude « The Role of Biofeedback and Soft Tissue Mobilization in the Treatment of Dyspareunia: A Systematic Review » utilisent le biofeedback numérique qui est un ensemble de techniques utilisant principalement la bioélectricité (18). Enfin, certaines études utilisent la pharmacologie pour traiter ce motif comme l’étude de Pickar And All (19) ou l’utilisation de technique interne comme le massage de Thiele dans l’étude d’Ana Paula Moreira da silva And All (20)(14).

Le traitement, malgré tout, dépend de l’étiologie ainsi que de son pronostic (5). On préconise généralement une approche multidisciplinaire. La multi-étiologie de ces douleurs met aussi une limite de l’effet pour un traitement global sur cette maladie sexuelle (13).Cette pathologie influe sur la qualité de vie, la santé physique et psychique des patients qui en souffrent (5).

Beaucoup de ces femmes ne se sentent pas comprises ou ont l’impression que leurs douleurs ne sont pas prises en compte par les différents praticiens de santé qu’elles rencontrent. Il existe donc une vraie difficulté pour poser un diagnostic pour ces femmes qui osent de moins en moins en parler et peuvent passer inaperçus (21)(5). Certains des traitements actuels de la dyspareunie comprennent un ensemble de disciplines avec des modalités qui ne sont pas bien étudiées et montrent souvent des résultats variables avec des taux de rechute élevés (9). Malheureusement, une norme de soins n'est pas clairement identifiée pour traiter un patient souffrant de dyspareunie (9). Malgré la prévalence élevée de la dyspareunie, peu d’essais cliniques ont été réalisés : Une recherche dans la littérature a montré une pénurie de recherches sur l'utilisation de la thérapie manuelle pour traiter la dysfonction sexuelle féminine (11).Le lien entre dyspareunie et thérapie manuelle ostéopathique, qui nous intéresse au sein de notre étude, n’a que très peu été investigué.

En effet, l’ostéopathie ou thérapie manuelle ostéopathique est une prise en charge globale et holistique qui prend en compte le physique, le psychique et l’environnement du patient. Elle se centre sur le patient (22) (23). Elle utilise divers types de techniques manuelles applicables aux différentes régions du corps en fonction des dysfonctions retrouvées (23). Dans l’étude de Wurn and All, il est observé que les techniques de tissus mous des thérapies manuelles, spécifiques au site de la douleur, améliorent la mobilité, l'élasticité des tissus mous et que la mobilisation des tissus mous semble agir sur les adhérences causant les douleurs, les dysfonctionnements, la dyspareunie et l'orgasme (11).

Aux vues des difficultés de diagnostic et de prise en charge de la dyspareunie, il est intéressant de chercher des solutions moins invasives et qui prennent en charge les différentes sphères touchées chez ces patientes. L’objectif serait de proposer aux patients d’autres alternatives de traitement en complément de thérapies déjà existantes pour cette pathologie. La place de la thérapie manuelle ostéopathique au sein du traitement multidisciplinaire de la dyspareunie est donc à discuter, afin de connaitre son impact sur les douleurs, la qualité de vie et le ressenti des patientes (9, 11, 13, 20). Pour cette étude, il serait intéressant de voir l’évolution des conséquences de cette pathologie handicapante sur le quotidien de ces patientes par l’utilisation d’un traitement ostéopathique.

Nous avons donc cherché à répondre à la question suivante :

Quels sont les effets d’une prise en charge ostéopathique sur les femmes souffrant de dyspareunie ?

Chloé Langlois
Ostéopathe D.O
A Nandy - 77

Chloe Langlois osteopathe nandy

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Pourquoi faut-il consulter son ostéopathe après un accouchement

Tendinopathie d'Achille ou du tendon calcanéen et ostéopathie

La coiffe des rotateurs et l'ostéopathie

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Site web clé en main

Connexion