L'ostéopathie et les pathologies
léo le lysosome, ostéopathe à Nandy, proche de savigny le temple, vert saint denis, cesson, moissy cramayel, saint pierre du perray, seine port, melun, lieusaint, brunoy, corbeil essonne

Les maladies lysosomales sont dûes à une altération des enzymes du lysosome ou bien à une anomalie de ces transporteurs et l'ostéopathie ne peut pas  agir ni sur les enzymes, ni sur les transporteurs.

Ainsi une prise en charge par la médecine allopathique est indispensable dans ces pathologies.

Néanmoins, l'ostéopathie peut agir sur la qualité de vie des patients en agissant sur certains symptômes qui découlent de ces pathologies mais il est important de comprendre que l'ostéopathie n'est en aucun cas curatif.

Afin de vous expliquer comment l'ostéopathie peut agir, nous avons choisi d'énumérer les principaux symptômes retrouvés dans les nombreuses maladies lysosomales et de vous expliquer de manière simplifiée comment l'ostéopathie va pouvoir agir dessus.

Néanmoins, l'ostéopathie prend le corps en globalité et il est nécessaire d'aller plus loin que le symptôme afin de traiter les causes si ces dernières peuvent être traiter mais aussi d'aller plus loin en traitant les compensations que ce symptôme a pu provoquer dans le corps. Ainsi les dysfonctions retrouvées seront différentes d'un patient à l'autre même si ces 2 patients se plaignent de la même chose. En conséquence, il n'y aura pas deux traitements identiques pour tous les patients.

Mais ici nous allons tenter de vous donner quelques pistes...

 

Sphère respiratoire:

Les maladies lysosomales sont à l'origine de signes cliniques comme :

  • Détresse respiratoire
  • Emphysème
  • Asthme
  • Pneumopathie interstitielle
  • Infections respiratoires à répétition
  • Rigidité et écrasement du grill costal ce qui provoque une gêne respiratoire par diminution de l'ampliation thoracique.

 

L'ostéopathie peut agir sur la sphère respiratoire en agissant tout d'abord sur le cadre ostéoarticulaire. Pour ce faire, l'ostéopathe peut travailler sur le gain de mobilité au niveau des articulations costo-sternale (entre les côtes et le sternum), costo-vertébrales (entre les côtes et les vertèbres) mais aussi en travaillant l'orifice supérieur du thorax constitué par la 1ère vertèbre thoracique, la 1ère côte mais aussi la clavicule. Travailler tout ces éléments redonnent de la mobilité au thorax et permettra une diminution de la difficulté respiratoire.

Pour travailler sur ces différents éléments et ainsi redonner de la mobilité aux articulations, l'ostéopathe peut utiliser des techniques structurelles.

Il existe d'autres muscles appelés inspirateurs accessoires, ce sont des muscles qui lors d'une inspiration et d'une expiration normale c'est-à-dire non forcée ne travaillent pas, néanmoins dans les cas d'asthme et autres pathologies pulmonaires, la respiration étant difficile, ces muscles sont obligés de suppléer, de donner un coup de main ainsi ils sont sursollicités et sont à l'origine d'autres dysfonctions. Par exemple, une sursollicitation des muscles scalènes peut provoquer des tensions et donc des douleurs au niveau cervical dans la mesure où ces muscles s'insèrent sur les cervicales.

Pour travailler sur ces muscles, nous pouvons utiliser des techniques d'énergie musculaire avec du contracté-relâché, des techniques d'étirement mais également des techniques d'inhibition qui consistent à faire un point sur la zone la plus dure du muscle et attendre le relâchement des tissus.

L'acteur principal dans la respiration est le poumon. C'est le tissu lui-même du poumon qui est directement touché dans l'asthme, la pneumopathie, l'emphysème, infections respiratoires à répétition... Nous ne pouvons pas réparer le tissu du poumon via nos petites mains. Néanmoins, il semblerait qu'une approche fonctionnelle avec des techniques sur les fascias environnants et en étant en projection du poumon en dehors d'épisode infectieux aide le patient à mieux respirer.

 

Sphère ostéo articulaire:
Du point de vue ostéo-articulaire, on dénote certains signes cliniques dues aux maladies lysosomales :

  • Fractures spontanées, fragilité osseuse
  • Ostéolyse
  • Ostéoporose
  • Anormalité du fémur
  • Luxation de hanche
  • Déformations osseuse faciale et crânienne
  • Cyphose, scoliose

Malheureusement, l'ostéopathie ne pourra rien faire directement sur les os, on ne pourra ni consolider un os, ni modifier les déformations.

Néanmoins, une modification de l'architecture du squelette entraîne forcément des compensations et très probablement l'apparition de douleur supplémentaire. Et c'est là que l'ostéopathie intervient.

Par exemple, les déformations crânienne et faciale pouvant entraîner d'autres dysfonctions, il peut être utile de travailler le crâne dans le but de le décomprimer et ainsi diminuer les tensions tissulaires ne serait-ce qu'au niveau des membranes de tensions réciproques, ceci provoquera un soulagement notamment des maux de tête mais ce soulagement sera très probablement de courte durée.

 

Dans les cas de scoliose ou de déformations rachidiennes, on ne pourra pas remettre la colonne droite. Cependant, une dysfonction de la colonne provoquera des dysfonctions sur d'autres segments de la colonne ainsi en ostéopathie on pourra traiter les dysfonctions compensatoires et limiter la pression sur les zones de contraintes maximales. Il est important de comprendre qu'en raison de la modification architecturale de la colonne on ne pourra que soulager et redonner provisoirement de la mobilité mais inévitablement les zones de fixations reviendront d'où l'importance de travailler en prévention avant que les douleurs apparaissent et d'avoir un suivi régulier. Pour travailler sur ces zones, nous pouvons utiliser des techniques de HVLA s'il n'y a pas de contre indications. Les manipulations structurelles type HVLA sont contre indiqués dans les cas de fragilité osseuse comme par exemple l'ostéoporose. Heureusement, l'ostéopathe a d'autres outils et nous pouvons utilisés des techniques articulaires, des techniques d'énergie musculaire mais aussi fonctionnelles sans oublier le viscéral. En effet, il existe un lien neuro végétatif entre les viscères et les vertèbres ou plus précisément les ganglions sympathiques situé en regard des vertèbres. Ce lien est valable dans les 2 sens : c'est-à-dire que des dysfonctions au niveau vertébrales alimentent des dysfonctions viscérales et des dysfonctions viscérales peuvent provoquer des dysfonctions au niveau du rachis.

Là encore nous ne pouvons pas vous détailler un protocole de traitement car ce dernier dépend de chaque patient et des dysfonctions qu'on retrouvera chez chacun.

 

Sphère musculaire:

Les signes cliniques principaux retrouvés dans les maladies lysosomales sont :

  • Hypertonie, rigidité, spasticité
  • Hypotonie
  • Perte brutale du tonus musculaires qui peut entraîner des chûtes  = cataplexie
  • Difficulté de posture : dystonie

Ces signes cliniques sont liés à une anomalie de la commande motrice et sont donc directement liés au système nerveux.

Néanmoins, il semblerait qu'on puisse avoir un effet sur le système neuro végétatif car dans les cas d’immobilisations articulaires provoquées par une hypertonie ou hypotonie musculaire on risque de se retrouver avec un déficit du système nerveux végétatif et ainsi  déficit circulatoire (sanguin, lymphatique). On peut travailler dessus grâce à la mobilisation passive articulaire et notamment grâce au traitement ostéopathique général (TOG).

En outre, la mobilisation musculaire avec des massages, des étirements et une musculation des muscles atteints peut aider dans la qualité de vie du patient. Mais ceci est du domaine de la kinésithérapie. C'est pourquoi il est nécessaire, face à de telles pathologies, d'avoir une prise en charge pluridisciplinaire.

 

 

Sphère viscérale:

Les signes cliniques présent dans les maladies lysosomales sont le plus souvent :

  • Hépatomégalie c'est-à-dire un foie augmenté de volume
  • Foie de surcharge
  • Splénomégalie c'est-à-dire une rate augmentée de volume
  • Insuffisance rénale
  • Syndrome néphrotique
  • Hernies inguinales et ombilicales
  • Diarrhée chronique ou alternance diarrhée/constipation
  • Douleurs abdominales
  • Hématurie

 

Pour ce qui est de l'hépatomégalie et de la splénomégalie, il faut savoir que la nature a horreur du vide, ceci a pour conséquence qu'il n'y a aucun espace dans un corps sain. Par conséquent, si le foie et/ou la rate augmentent de volume, ça sera au dépend des autres structures aux alentours. Ceci provoquera une fixité de ces structures et il sera nécessaire de travailler sur ces structures afin de redonner de la mobilité aux plans de glissement.

Dans la mesure où le foie et la rate prenne plus de place, les viscères sont forcément comprimés. Pour leur éviter d'avoir envie de sortir, il faut leur donner la possibilité de s'organiser dans un espace clos et pour se faire leur redonner la mobilité et souplesse nécessaires. Il faudra donc redonner de la mobilité au bassin et aux côtes afin de limiter les tensions viscérales et au niveau dela ligne blanche. De même il sera important d'investiguer le diaphragme et ainsi analyser la mécanique ventilatoire car une dysfonction à ce niveau risque de provoquer des hyperpressions sur le caisson abdominal et ainsi favoriser la sortie du contenu abdominal. De plus, il sera important d'avoir une bonne tonicité au niveau des abdominaux afin de renforcer la faiblesse du tissu conjonctif de la ligne blanche. Pour ce renforcement, les spécialistes sont les kinésithérapeutes.

Des hyperpressions au niveau viscérale peuvent provoquer l'apparition de douleurs, de constipation ou encore de diarrhée, le principe de traitement restera donc le même, à savoir redonner de la mobilité aux plans de glissement.

Pour les pathologies rénales comme l'insuffisance rénale, la prise en charge médicale est obligatoire.  Le champ d'application de l'ostéopathie reste limiter dans ce domaine. Cependant à en croire Still, on peut imaginer qu'en traitant certaines dysfonctions du corps, on pourrait agir sur l'homéostasie... Cependant, cela reste à démontrer.

 

Sphère neurologique:

Les principaux signes cliniques neurologiques sont :

  • Strabisme, Atrophie optique, difficultés des mouvements des yeux, cataracte
  • Ataxie
  • Epilepsie
  • Troubles du comportement
  • Retard mental
  • Troubles de la marche
  • Perte du tonus musculaire qui peut entraîner une chute
  • Hypotonie ou hypertonie
  • Dysarthrie : difficulté d'élocution, d'articuler
  • Tremblements lors des mouvements
  • Trouble de l'audition, surdité, otites
  • Syndrome du canal carpien

 

Ces signes sont dû à des lésions organiques, ceci est du domaine médical. Néanmoins, l'ostéopathie peut agir sur la structure comme par exemple corriger les dysfonctions crâniennes ou encore cervicales. Ceci peut diminuer les tensions sur un système déjà en souffrance ce qui peut améliorer le quotidien des patients.

 

Prenons l'exemple de la vue, il existe un lien entre les yeux et les cervicales hautes en raison des muscles qui permettent la direction du regard. En effet certains muscles s'insèrent sur la base du crâne et les cervicales hautes, ils sont responsables d'adapter le regard en fonction des stimulations perçus. On parle d'oculo céphalogyrie (ex : on claque dans les doigt et on tourne la tête vers le bruit). Ainsi en cas de lésion, ces muscles sont sursollicités et ils provoqueront des tensions au niveau cervicale et si les cervicales sont fixées d'autres segments vont être en dysfonction et ainsi les douleurs augmenteront. On ne peut donc pas agir sur la cornée, ni sur le strabisme... mais on peut limiter les compensations que ces signes cliniques.

 

Dans le syndrome du canal carpien, l'ostéopathie peut limiter les douleurs et gêne tels que les picotements, les irradiations, les sensations du brûlures dans certains cas. Le syndrome du canal carpien est dû à une compression du nerf médian dans sa loge au niveau du poignet et spécifiquement au niveau du rétinaculum des muscles fléchisseurs. Ainsi étirer le rétinaculum des muscles fléchisseurs ainsi que les muscles diminue la pression sur le nerf et permet de diminuer la symptomatologie du syndrome du canal carpien. Malheureusement dans un grand nombre de cas, la compression est tellement importante que l'étirement n'est pas suffisant et la chirurgie reste la seule option. Cependant, après opération du canal carpien, les tissus ont tendance à se fibroser, l'ostéopathie joue un rôle important dans la prise en charge post-opération tout comme les kinésithérapeutes jouent un grand rôle dans la rééducation de la main.

 

Sphère endocrinienne et hématologique:
Les signes cliniques suivants doivent impérativement être pris en charge par un médecin :

  • Hyperpigmentation diffuse ou généralisée
  • Anomalies de leucocytes
  • Neutropénie
  • Thrombopénie
  • Anémie
  • Diabète non insulino-dépendant

Cependant, en se basant sur la loi de l'artère est suprême et le principe de globalité du corps, l'ostéopathie va pouvoir agir sur le réseau lymphatique, sanguin et émonctoriel. Il existe dans le corps un système d'émonctoires dont les principaux participants sont les phanères, le foie, le poumon, le rein, la rate qui ont pour rôle d'éliminer les toxines et déchets rejettés par le corps. Permettre un bon fonctionnement de ces émonctoires, du système lymphatique et sanguin tendra à optimiser la capacité vitale du corps à répondre à tout type d'agression.

 

Conclusion:

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui propose une approche différente par rapport à la médecine allopathique. Elle se base sur les principes énoncés par Still, elle a beaucoup évolué depuis et essaie de se développer de plus en plus grâce à la recherche pour appuyer son efficacité et son action.

Disposant de nombreux outils pour permettre au corps de lever ses dysfonctionnements, l’ostéopathie est curative pour des troubles fonctionnels mineurs, mais reste incontestablement à compléter d’un regard médical pour les pathologies organiques. En effet, si elle apporte un grand confort et permet de soulager de nombreuses douleurs, son action biochimique n’est pas avérée.

Dans le cadre des maladies lysosomales, de nombreux troubles s’accumulent chez les malades, tous ayant une cause primaire biologique, c'est-à-dire, causée par des anomalies qui relève du microscopique.

Si l’ostéopathie ne peut agir sur les enzymes ou les transporteurs, elle peut jouer un rôle majeur auprès de la mobilité générale du corps. Corriger les dysfonctions conséquentes aux anomalies anatomiques de ces pathologiques, c’est donner au corps un confort supplémentaire vers un peu plus d’autonomie. La douleur, où qu’elle soit localisée, reste une intégration nerveuse du système périphérique vers le système nerveux central, c’est-à-dire le cerveau. En intervenant sur les modifications tissulaires qui déclenchent cette information nerveuse, l’ostéopathie intervient sur la douleur.

Mais comme dans toute thérapie, l’ostéopathie a ses limites, et il n’y a pas de règle prédéterminée pour chaque individu.

Conscient des contre-indications, l’ostéopathe ne peut pas aggraver les lésions, mais la réussite de son traitement dépend de chaque patient, de chaque terrain, de chaque vécu de la maladie, et de sa propre expérience vis-à-vis des troubles.

Marie Messager
Ostéopathe à Nandy, proche de Savigny le Temple
Seine et Marne - 77


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Site web clé en main

Connexion